Mes sourires…

Voir à travers mes écrits les choses simples de la vie qui me font sourire…

22
fév 2017
En vogue…
Posté dans Ma vie, Mes divers, Mes pensées, Mes sourires par emo7ep à 7:45 | 2 réponses »

Nous nous prenons pour qui en fin de compte ? A vouloir à en crever parfois, se fabriquer des personnages plus acceptables dans la société, afin d’attiser juste le temps d’un instant l’admiration hypocrite du monde. A ma connaissance, à moins d’être complètement dans une forme d’inconscience poussée, personne ne s’est jamais endormi avec un smoking ou une robe chèrement payée. On aime cette attention puérile que les gens nous accordent, on aime cette idée de montrer aux autres ce qu’on n’est pas, justifiant cela par la mode, le conformisme, et l’une des meilleures : l’envie tout d’abord de se plaire à soi même. Un peu comme pour dire ici que notre existence telle qu’elle a été conçue par Dieu est juste trop « basique » (ce qui n’est pas faux en soit sur un autre plan) et dénuée d’intérêt pour nous même et pour notre prochain. L’humain serait-t-il si laid que ça ? Pourquoi a-t-on tant de mal à s’accepter ? Pourquoi la peur du regard des autres s’intensifie avec le temps ? J’entends régulièrement des raisons qui, sans surprise, convergent ou gravitent toutes vers les « modèles » et les « standards » que la société impose afin d’être considéré comme étant « acceptable » (pour qui ? Je n’ai pas encore trouvé), afin de ne pas être pointé du doigt, se fondre dans de masse… Mais qui est la société ?qui la crée ? Inconsciemment, nous augmentons le niveau de la conformité humaine à travers des choses de plus en plus puériles, et cette « conformité » se transmet hélas à nos enfants qui ne feront que suivre, puis, subir ce mode de vie. Je vois déjà ici des gens me dire qu’on ne va tout de même pas sortir dans la rue nu ou en fluo…Certains l’assument, pour peu qu’ils ne se préoccupent pas des regards des autres. Et puis personne ne vous le demande. Le fait est juste que, nous sommes en toute impuissance entrain de subir et de cautionner une standardisation de la normalité humaine, imposée par la société qui, à force d’aller toujours plus loin dans sa quête du paraître au lieu de l’être, deviendra à la limite une obligation vitale pour les générations futures, (ah ! mon me signale dans l’oreillette que c’est même déjà le cas !) de peur de disparaître comme les dinosaures.
Comprenons nous bien, toute société est régie par des règles, je ne m’en soustrais point. Chacun est libre de se vêtir, maquillé, transformé, opéré, comme il l’entend que ce soit pour les autres ou pour lui du moment ou cela ne tombe pas sous le coup de la loi.
On nous demande d’avoir une ouverture d’esprit et de vivre avec notre temps, la vérité c’est qu’il n’a jamais en fin de compte été le notre.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

2 réponses:

  1. En vrai notre vérité se lit dans le regard de notre semblable,tant d’évidences en ces autres apparences,nous faut-il en prendre conscience sur ces chemins de l’existence,

    très bonne journée à toi.

    Dernière publication sur chasseur d'images spirituelles : Les chantres de l'ordre

  2. Il faut essayer de rester soi même,loin des diktats et des modes de notre société ;)
    Essayer d’être vrai(e) et libre,mais le chemin est bien difficile :twisted:
    Amitiés du sud.

    Dernière publication sur C'est chez moi! : Macahon et Flambé.

Laisser un commentaire

Journal d'un sociopathe név... |
OVERDOSE |
mon histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tout ce qu'on ne voit pas e...
| une maman a Istanbul
| Monologue : abia avec son...