Mes sourires…

Voir à travers mes écrits les choses simples de la vie qui me font sourire…

14
sept 2013

Il parrait qu’il va pleuvoir,et que les gouttes de pluies viendront ainsi se poser sur moi,peu importe ce que je ferais pour en échapper.

C’est à travers plusieurs expériences,plusieurs situation que l’on atteint une certaine maturité.Des fois,j’aimerais ne plus être prisonnier de ces moments de solitude et de tristesse,qui quelques rares fois semblent me dévaster au point de ne point laisser mon apuvre coeur respirer.Est-ce donc si compliquer de vouloir juste quelque chose de simple?

Le monde dans lequel je vis n’est pas vaste en général,et très souvent je suis horriblement peiner de ne constater sa grandeur que dans la peine et dans la mélancolie.Très souvent,je me dis juste que ça ira,et de manière parfois conpulsive,j’agis de façon irraisonnable,croyant que la seconde d’après ça ira mieux:non c’est génaralement pire.Alors que faut-il faire?se taire et se cloitrer dans un silence ,objectant ainsi des idées noires croyant qu’elles se transformeront comme par magie en lumière?Ou juste se contenter d’espérer encore et encore?

La vie a des hauts et des bas,les miens sont trop souvent bas pour que je crois en des hauts meilleurs que ce que je vis en étant en bas.

J’aimerais juste que les choses soient simples,avoir confiance,me sentir compris…la vie et ses stéréotypes…

13
sept 2013
Posté dans Ma vie, Mes sourires par emo7ep à 6:14 | Pas de réponses »

C’est un après-midi…

C’est une matinée…

C’est un petit voyage…

C’est beaucoup de franchise…

C’est des émotions…

C’est un pique-nique en hauteur…

C’est des photos…

C’est des sourires…

C’est des fleurs…

C’est un mot…

C’est des texto…

C’est peut-être qui sait? Une nouvelle histoire…

On était entrain de parler dans la voiture: j’ai semblé ne pas me faire comprendre…. alors j’ai garé  et j’ai parlé: J’ai semblé ne pas bien me faire comprendre… alors je suis sorti de la voiture et j’ai ouvert sa portière et j’ai parlé: J’ai semblé ne pas me très bien faire comprendre…,alors je me suis assis juste au niveau de son siège et j’ai parlé: Je me suis presque fait comprendre…,elle m’a promis qu’on en parlerait une fois que je remonterais dans la voiture. Je l’ai cru mais c’était une ruse. Au prochain feu rouge alors que la pluie commençait, un embouteillage. Je décidai alors de descendre de la voiture pour enfin pouvoir me faire comprendre et ce même en publique. J’ai éteint le moteur, le feu allait passer au vert, j’ai voulu ouvrir la portière elle a agrippé mon bras, et, elle a poussé un cri de honte en baissant la tête, et en me serrant délicatement. Elle sait que même dans mes colères les plus folles, la peur de faire du mal à celle à qui je tiens est plus grande…cette petite scène était d’un bonheur particulier, j’ai adoré la vivre avec elle, même si jusqu’ici c’était juste des phrases et des promesses que ce genre de chose arriverait.

Je l’ai laissé à un niveau pour qu’elle prenne un taxi, on a discuté, et il n’en est toujours rien. Le fait qu’elle me résiste autant, bien que faisant tout pour me montrer qu’elle tient à moi est d’un genre particulier. Un jeu de séduction à n’en point finir dans lequel seuls les regards par moment montrent qu’il Ya peut être un espoir qu’il en soit autrement. Je suis patient,à défaut? Ben… envoyez-moi Jessica Alba et on en parlera plus. Oups, elle est déjà prise…dommage pour elle.

Sérieusement? J’attendrai encore je crois.

22
août 2013

Fuir sa propre realité chaque jour est un defis constant,on se demande ce que l’on est on se pose des questions puis d’un pas temporairement décidé on se dit que le temps n’a qu’a faire ce qu’il sait si bien faire,des jours sombres aux jours heureux je decompte les moments de paix intérieurs dans mon esprit,ppeut etre est-ce une constance dans la douleur qui constitue etrangement mon comportement ou des esperances quasi inexistantes qui se profilent avec l’aide eternel du temps sans se soucier de ce que je pense.Demain est un autre jour ou j’apprendrai a etre heureux ou je connaitrais la patience la joie et l’envie d etre en joie par le concours des autres et de ceux qui me sont chers.je ne voudrait point vivre dans le regret,mais meme lorsque je crois avoir tout compris je me heurte à des « mais » sans fin qui me destabilisent créant ainsi chez moi une constance dans l’echec.Demain je ne voudrai pas ça,ce que je voudrais c’est avoir le sentiment d’une journée pleinement accomplie,m’endormir crevé de travail mais heureux d’avoir pu rendre les autres à défaut de moi meme heureux,rendre service,dessiner sur des visages des sourires qui à la longue me feront sourire aussi.la véritté c’est que je n’ai jamais cesser d’idealiser les choses,croyant que si je les imagine alors ca voudrait dire que c’est possible.J’essaye de me représenter ce monde par moment,cela demande beaucoup de travail mais mon Dieu comme ça fait du bien lorsque pendant 10 secondes on assiste à  la reaction d’un visage face à cela  après des jours et des jours de travail.Rendre humainement possible mes désirs est une chose ardue.J’ignore meme si de mémoire quelqu’un a réussi à les comprendre.Je ne voudrais pas d’une realité dans laquelle mon quotidien se resume à croire que tout va en fait mieux pour moi que quand tout va relativement mal.je devrais sortir de ce marasme dans lequel j’ai trouvé refuge et croire que moi aussi je merite le bonheur et je merite de le vivre.

bref je m’arrete là demain je serai probablement plus posé.

10
juil 2013
Posté dans Divers, Mes pensées, Mes sourires par emo7ep à 8:07 | Pas de réponses »

Snober une personne de condition faible car il a peu à donner peut vous amener à mépriser une personne que Dieu a choisie.

1
juil 2013

Une nouvelle semaine qui commence…

12
juin 2013

« Ce n’est pas toi qui n’a pas de chance,je pense plutôt que ce sont les autres qui n’ont pas la chance de voir qui tu es vraiment ».

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Lundi 10 juin 2013 7h21

6
juin 2013

Avant d’écrire ce petit texte je me suis dit,mine de rien si il fallait résumer une journée entière dans ses moindres détails,alors ce serait des livres entiers qu’on publierait le jour suivant.

Hier 12h30 heure de ma pause,alors que j’étais entrain de sortir,je croise une « femme » en bordure de route,son visage me rappelle étrangement quelqu’un ,mais je n’ai pas en mémoire le nom de la personne,et puis je la trouve trop »mure » pour qu’elle soit « cette » personne.D’un pas décidé et à limite indifférent  je continue mon chemin espérant me tromper.Alors que je passe juste à quelques mètres d’elle,je reconnais une voix qui cite entièrement mon nom: c’est bel et bien elle.Je m’arrête interloqué,car mon étonnement vient plus des changements physiques qui se sont opérés sur cette amie d’enfance,que sur le fait qu’elle reconnaisse si bien mon nom bien que le tien ne me revienne même pas.Nous commençons à échanger,je sais que je serai en retard mais rien ne vaut le plaisir de voir une ancienne camarade de classe.Au bas mot,cela fait environ 8 années que nous nous sommes pas vu.

Au même moment un autre de nos camarades de la même génération passant par là nous reconnait tous les deux et s’arrête à son tour,puis au même moment,ma cousine que je n’ai pas revu depuis environ 4 ans elle aussi passe par là.C’était manifestement la journée des rencontres à cet endroit précis il me semble…

En regardant ainsi Karen s’éloigner (Karim qui s’était arrêté quelques minutes plutôt m’avait rappelé son nom),je me suis posé la question de savoir,est-ce seulement dans nos comportements que nous restons les mêmes?Certes quand j’en ai l’occasion je me rend compte que je vieillis en regardant mon fils changer.Mais ces changements physiques sont si prononcés chez certains,que cela m’a littéralement déstabilisé pour le cas de cette très bonne amie. Aux yeux des autres moi aussi je change,peut être que la transition est difficile et que j’ai encore du mal à réaliser que d’ici quelques années je ne serait plus complètement le même…j’ai pu réaliser que nous passons,nous évoluons et les marques de la vie se dessinent peu à peu sur notre visage à travers nos rides…c’est vraiment étrange,moi qui il y a de cela quelques années encore se retrouvais entrain de collectionner des 10,5/20 alors que je lisais à peine mes cours…et aujourd’hui…non demain :) .

A demain :)

1
juin 2013
Posté dans Mes douleurs par emo7ep à 8:24 | 3 réponses »

Il faut avoir confiance en l’avenir,et même si par moment ça fait mal et c’est très douloureux,un jour peut être les choses iront pour le mieux.laisser le temps agir et se dire,demain peut être,ou demain surement les choses seront autrement.Les émotions de peine sont quelque choses de très fort,elles conditionnent littéralement notre être,notre corps…cette douleur…ça faisait longtemps.Reste plus qu’à être à l’écoute du temps,seul remède contre le soulagement de la peine,mais pas hélas de son oublie.

Un jour peut être, non un jour surement….

30
mai 2013
Posté dans Divers par emo7ep à 9:08 | Pas de réponses »

L’ombre de moi même semble s’éloigner depuis que le soleil est apparu dans ma nouvelle vie,je respire et je ne manque de rien.Les idéaux philanthropes s’éloignent peu à peu et je deviens un de ceux là qui exhibe grandement les bienfaits de la richesse matérielle,et le sens de l’humour dont dieu sait semblerait-il si bien se faire prévaloir.Je suis un autre être dépourvu de sentiments,et l’argent a acheté ma scrupule.Je vis juste pour moi et je regarde ces pauvres giser sur le pavé couvert de pisse,en me demandant pourquoi ils vivent. J’excelle dans la provoque pure et je ne porte aucune importance à ce qui ne me sert pas.Tout devrait être à moi et les restes c’est pour ces pauvrards qui nous souillent la vue,une chance que je vive loin de cette crasse en vie,et de ces houleux mendiants qui m’inspire plus du dégoût que de la sympathie.Je ne suis pas un animal,mais un homme choisis,tout ce que j’ai,je ne l’ai pas volé mais pris.Or de question que dans un élan de solidarité tacheté de mauvaise foi je m’excuse de vouloir tout posséder,sans remords au dépend de ceux qui ont faim et crèvent de froid.Hors de mon chemin malheureux,car la seule pièce que tu auras de moi devra crever mes poches en cuir importé,et mon sourire déchirer ma bouche pour que tu puisses l’observer.Ma morale est ce que j’en fais chaque jour,je n’aurais rien de l’autre coté,et c’est pourquoi je veux vivre au maximum jusqu’au dernier jour.Il parait que votre dieu est miséricorde?Alors je ferai du mal,pour en fin de compte me repentir à la fin, puis pour me pendre je lui passerai la corde.Le monde est rempli de gens comme moi qui ne sont pas faux,rempli de personne qui croient qu’être aimable c’est admirable,même lorsque cela ne rapporte pas un euro.N’aime ton prochain que lorsqu’il devient le suivant,car cela fait une personne en moins à la course au sommet.Somme toute,j’ai beau tout avoir,mais c’est au final tout seul et dépouillé de tout,que je suis confronté à mes cauchemar chaque soir.

1...34567...14

Journal d'un sociopathe név... |
OVERDOSE |
mon histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tout ce qu'on ne voit pas e...
| une maman a Istanbul
| Monologue : abia avec son...